Découvrez les 150 artistes prestigieux

de la 7ème édition des Escapades Musicales

 

Cliquez sur les vignettes pour agrandir les photos des artistes

 

 

 


Philippe Bianconi

/piano


Philippe Bianconi - © Bernard Martinez

Il a été salué pour son jeu «  allant toujours au cœur de la musique et emplissant l’espace de vie et de poésie » (Washington Post ) ; «  son lyrisme et sa hauteur de vue….un jeu puissant, qui fait chanter le piano jusque dans la force et la virtuosité…une sonorité haute en couleur » (Le Figaro) ; «  une musicalité et une maîtrise technique extraordinaires qui confèrent à la musique une fraîcheur, une immédiateté et une force de conviction rarement rencontrées » (The Times – London)

Depuis sa médaille d’argent au Concours Van Cliburn, qui lui a ouvert les portes de Carnegie Hall et des grandes salles américaines, Philippe Bianconi a ému et fasciné public et critiques dans le monde entier.

Sous la direction de chefs tels que Lorin Maazel, Christoph von Dohnanyi , Kurt Masur, Georges Prêtre, Marek Janowski, James Conlon, ou encore JoAnn Falletta, Yakov Kreizberg, Krzysztof Urbanski, Yoav Talmi, etc… il partage dès lors l’affiche des orchestres les plus prestigieux : en Amérique du Nord, Cleveland, Los Angeles, Pittsburgh, Baltimore, Saint-Louis, Atlanta, Dallas, Montreal, Vancouver, et l’Orchestre Symphonique de Chicago dans le cadre du Festival de Ravinia ;

en Europe, il est sollicité par l’Orchestre de Paris, l’Orchestre de l’Opéra de Paris (avec lequel il se produira deux fois dans la Salle de l’Opéra Garnier), l’Orchestre National de France, le Netherlands Philharmonic, le Berlin Radio Symphony, l’Orchestre Philharmonique de Varsovie, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse …

Il est également appelé régulièrement en Australie et se produit à Melbourne, Perth, Sydney etc…

Philippe Bianconi est aussi très recherché en récital et triomphe au Théâtre des Champs Elysées, à Wigmore Hall, au Konzerthaus de Vienne, à Milan, Hambourg, Madrid, mais aussi à Berlin dans la prestigieuse série « Sonntags um Vier », San Francisco, Boston, Washington D.C. ou encore, Tokyo, Shanghai, Pekin ou Sydney et dans de nombreux festivals tels que La Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins, Piano en Valois, La Folle Journée de Nantes, le Festival de Menton etc…

Artistes aux multiples facettes et passionné de musique de chambre, il a eu comme partenaires, Jean-Pierre Rampal, Janos Starker, Pierre Amoyal, Gary Hoffman, Tedi Papavrami, Xavier Phillips, les Quatuors Sine Nomine, Parisii, Talich ou encore le Guarneri String Quartet …

De 1983 à 1990, Philippe Bianconi a connu une expérience exceptionnelle : Hermann Prey, au sommet de son immense carrière, s’est attaché la collaboration du jeune pianiste. Ils ont donné ensemble de nombreux concerts et ont gravé les trois grands cycles de Lieder de Schubert, La Belle Meunière, Le Voyage d’Hiver, Le Chant du Cygne chez Denon.

La discographie de Philippe Bianconi comporte aussi l’Intégrale des œuvres pour piano de Ravel et plusieurs albums solo consacrés à Schumann, Schubert et Debussy chez Lyrinx, les sonates pour violon et piano de Brahms avec Tedi Papavrami chez Aeon, les Sonates de Chostakovitch et Prokofiev avec Gary Hoffman pour Le Chant du Monde.

En 2012, Philippe Bianconi entame une collaboration avec le jeune Label La Dolce Volta et consacre son premier enregistrement à l’Intégrale des Préludes de Debussy.

Plébiscité par la presse et le public, nommé aux Victoires de la Musique Classique dans la catégorie meilleur enregistrement de l’année, le CD se voit décerner de multiples récompenses, dont un DIAPASON D’OR de l’année et le Prix de l’Académie Charles Cros.

La collaboration avec La Dolce Volta s’est poursuivie en 2014 avec un CD consacré à Chopin puis, revenant à l’univers de l’un de ses compositeurs préférés, Philippe Bianconi sortira en septembre 2016, sous le même label, un nouvel opus consacré à Schumann.

 

Formé au Conservatoire de Nice par Madame Delbert-Février, puis à Paris sous l’égide de Gaby Casadesus, Philippe Bianconi a ensuite approfondi sa connaissance des répertoires allemand et russe à Freiburg-im-Breisgau auprès de Vitalij Margulis.Premier Prix du Concours International des Jeunesses Musicales à Belgrade dès 1977 et du Concours International Robert Casadesus à Cleveland en 1981, il remporte en 1985 la Médaille d’Argent du Concours International Van Cliburn.

Philippe Bianconi a été nommé en 2013 Directeur du Conservatoire Américain de Fontainebleau, qui a compté parmi ses professeurs d’éminentes personnalités, telles que Maurice Ravel, Marcel Dupré, Nadia Boulanger, Robert et Gaby Casadesus, Henri Dutilleux et Betsy Jolas et parmi ses étudiants, quelques uns des grands noms de la musique américaine du XXe siècle tels qu’Aaron Copland, Elliott Carter, Virgil Thompson ou Philipp Glass. Il a succédé à Philippe Entremont qui était directeur depuis 1994.

www.philippebianconi.com





Joël Suhubiette

/direction


Joël Suhubiette  - © François Dasserini

Du répertoire a cappella à l’oratorio, de la musique de la renaissance à la création contemporaine en passant par l’opéra, travaillant en relation avec des musicologues, allant à la rencontre des compositeurs d’aujourd’hui, Joël Suhubiette consacre l’essentiel de son activité à la direction de ses ensembles, le chœur de chambre toulousain les éléments qu’il a fondé en 1997 et l’ensemble Jacques Moderne de Tours dont il est le directeur musical depuis 1993.

Après des études musicales au Conservatoire de Toulouse, Joël Suhubiette se passionne pour le répertoire choral, il débute comme chanteur avec les Arts Florissants de William Christie, puis chante avec Philippe Herreweghe à la Chapelle Royale et au Collegium Vocale de Gand (Belgique), avant de devenir son assistant pendant huit années. Cette rencontre déterminante lui permettra d’aborder un vaste répertoire de quatre siècles de musique vocale.

En 1997 naît le chœur de chambre les éléments avec lequel Joël Suhubiette interprète la création contemporaine, le répertoire a cappella et l’oratorio. Désireux de restituer le répertoire ancien de la fin de la renaissance et du début de l’époque baroque, il dirige également à Tours depuis 1993 l’Ensemble Jacques Moderne.

Il interprète opéras, oratorios et cantates avec plusieurs orchestres et ensembles instrumentaux français tels que Les Passions-Orchestre Baroque de Montauban, Les Folies Françoises, Café Zimmermann, L’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre de Chambre de Toulouse, Les Percussions de Strasbourg, l’Ensemble Ars Nova, L’orchestre de Pau-Pays de Béarn, les orchestres du festival de Saint-Céré, des opéras de Dijon et de Massy.

A la tête de ses ensembles vocaux, Joël Suhubiette enregistre pour les maisons de disques Virgin Classics, Hortus, Calliope, Ligia Digital, Naïv, Mirare et l’Empreinte digitale.

Depuis 2006, il est directeur artistique du festival Musiques des Lumières de l’Abbaye-école de Sorèze dans le Tarn. Joël Suhubiette a été nommé Officier des Arts et des Lettres par le ministère de la Culture.

www.joelsuhubiette.com

 


 





Archipels, l'atelier vocal des éléments

/choeur


Archipels, l'atelier vocal des éléments  - D.R.

Le chœur Archipels, l’atelier vocal des éléments, regroupe étudiants, professeurs de musique et amateurs confirmés, qui se retrouvent autour de Joël Suhubiette pour découvrir ou perfectionner une pratique du chant choral exigeante. Reconnu pour son travail avec son ensemble professionnel les éléments, Joël Suhubiette s’investit ici depuis des années dans une forme plus pédagogique. Secondé dans cette mission par Claire Suhubiette, professeur de chant choral à l’Université de Toulouse II-le Mirail, et autour des chanteurs amateurs qu’il a formés et qui le suivent depuis des années, il attire chaque saison par des programmes variés de nouveaux chanteurs, étudiants en musicologie, étudiants des classes de chant des conservatoires qui peuvent ainsi expérimenter une pratique de musique d’ensemble essentielle à leur formation.

Les « îlots » d’Archipels, permettent un travail sous de multiples formes musicales, allant du répertoire symphonique, au chœur d’oratorio, en passant par les œuvres avec piano ou a cappella en ensemble vocal.

Ces dix dernières années, Archipels a interprété, sous la direction de Joël Suhubiette, un grand nombre de programmes a cappella de musique anglaise, germanique, américaine, d’Europe Centrale, d’Europe du Nord qu’il tourne dans toute la région Midi-Pyrénées et au-delà. En mai 2014, il a été invité au Maroc au Salon international de Tanger « Des livres et des Arts » où il a interprété un programme autour de la poésie et du théâtre européen repris dans la saison 2014-2015. Sous la direction de Claire Suhubiette, Archipels a exploré de nouveaux horizons en participant à la Nuit Nougaro d’Odyssud-Blagnac en 2014.

En oratorio, il chante sous la direction de Joël Suhubiette des cantates de Mendelssohn, le Requiem de Mozart, les Messes de Haydn, le Messie et les Anthems de Haendel, le King Arthur de Purcell, Gloria et le Dixit Dominus de Vivaldi, Messe et Credo de Lotti… aux côtés des Passions-Orchestre baroque de Montauban ou de l’Orchestre de Chambre de Toulouse. Sous la direction de Jean-Marc Andrieu, il interprète La Passion selon Saint-Mathieu de Bach, et dans la saison 2014-2015, le Requiem de Fauré et le Messie de Haendel.

Pour le répertoire symphonique le chœur Archipels s’est agrandi pour interpréter en 2012 Daphnis et Chloé de Maurice Ravel à la Halle aux Grains de Toulouse avec le Rotterdam Philharmonic Orchestra sous la baguette du chef québécois Yannick Nézet-Séguin, et en 2014 le Stabat Mater de Francis Poulenc à la Halle aux Grains de Toulouse aux cotés de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse et du chœur de chambre les Éléments, sous la direction du chef catalan Josep Pons.

Depuis sept ans, l’Académie d’été d’Archipels a lieu dans le cadre du festival « Musiques des Lumières » à l’Abbaye-école de Sorèze. Pour l’été 2015, Archipels était aux côtés de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse pour interpréter le Gloria de Vivaldi, sous la direction de Joël Suhubiette.

Archipels, l’atelier vocal des Éléments est parrainé par le chœur de chambre les éléments, subventionné par le ministère de la culture (DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne et la Ville de Toulouse. Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal du chœur de chambre les Éléments.

 

 





Thibault Cauvin

/guitare


Thibault Cauvin - © Yann Orhan

Thibault Cauvin est assurément l’un des musiciens les plus talentueux, charismatiques et demandés du moment. Embarqué dans une tournée sans fin il y a plus de dix ans, le menant dans près de 120 pays, il se produit en soliste sur les plus prestigieuses scènes : Carnegie Hall de New York, Shanghai Concert Hall, Tchaïkovski Hall de Moscou, Wigmore Hall de Londres, GAM de Santiago de Chile, Théâtre des Champs-Elysées de Paris, Gasteig de Munich, et bien d’autres.

Il sort aujourd’hui son 8ème disque, qui fait suite aux très appréciés et encensés par la critique « Le voyage d’Albéniz », enregistré au Château Lafite-Rothschild en 2014, et « Danse avec Scarlatti » publié en 2013 ; albums maintenant distribués dans de nombreux pays et présents sur de multiples compilations réunissant les disques ayant marqué ces dernières années.

Issu d’une famille de musiciens, Thibault Cauvin entreprend l’étude de la guitare avec son père dès l’âge de 5 ans. Après de brillantes études au Conservatoire de Bordeaux et au Conservatoire national supérieur de Paris, il se plonge dans l’incontournable circuit des concours internationaux. A l’âge de 20 ans, il était et reste le seul guitariste au monde à avoir remporté 13 premiers prix internationaux. Ce palmarès, si jeune, fut le déclencheur de cette « tournée sans fin », qui compte aujourd’hui plus de 1000 concerts, seul en scène. De plus, ces succès ont inspiré la jeune génération des guitaristes classiques français, qui aujourd’hui guidés par le parcours hors du commun de Thibault, brillent dans de nombreux concours aux quatre coins du monde, faisant de l’école française l’une des plus respectées au monde.

Thibault Cauvin est nommé en 2013 « Ambassadeur de Bordeaux Métropole ». Il est parrain de la « Paris Guitar Foundation », et il est un artiste Sony Music. A 30 ans, Thibault porte la guitare classique toujours plus loin. Son jeu inspiré, expressif et éminemment naturel ne peut que réunir les publics, rassembler les générations, et faire tomber les frontières. Cette guitare éclectique et populaire, jeune venue dans le monde de la musique classique, devient vraisemblablement la reine du XXIème siècle…

www.thibaultcauvin.com





Orchestre de l'Alliance

/orchestre


Orchestre de l'Alliance  - D.R.

Fondé en 1995 par Pejman Memarzadeh, l’Orchestre de l’Alliance se distingue par la richesse de sa démarche artistique, son engagement solidaire et la pluralité de ses activités.

De formation classique, l’Orchestre de l’Alliance s’attache particulièrement aux œuvres allant de la période dite du « Sturm und Drang » des années 1750 aux préromantiques des années 1820-1830 et aime à s’aventurer également dans le répertoire – en particulier français – de la fin  du XIXème et du début du XXème siècle.

Recherchant en permanence une alliance parfaite entre les musiciens, leur chef, les œuvres interprétées et le public, l’ensemble se produit avec les plus grands solistes internationaux  (P. Entremont, JP Collard, O. Charlier, E. Rossfelder…) sur les plus grandes scènes françaises (Philharmonie de Paris, Salle Gaveau, Opéra de Lille, Palais Garnier, Théâtre des Champs-Élysées…) et a donné plusieurs tournées internationales, notamment en Europe en 2004. L’Orchestre a toujours été une pépinière de talents et a accueilli en soliste de nombreux jeunes artistes dont Adam Laloum, Alexandru Tomescu, Laure Favre-Kahn, Romain Leleu, Nemanja Radulovic, Guillaume Vincent, Tatsuki Narita, Amaury Coeytaux, Pierre Génisson…

Cette alliance se retrouve dans la démarche solidaire de l’Orchestre, instituée en 2005 par la création d’une saison musicale innovante à la Salle Gaveau : les Saisons de la Solidarité. Ces concerts caritatifs, reconnus d’intérêt général, ont permis de reverser plus de 990 000 € à 35 associations et Fondations telles que Emmaüs Connect, l’ARSLA, la Fondation Abbé Pierre, la Fondation Française des Banques Alimentaires, La Chaîne de l’Espoir, Care France, Action contre la Faim, la Croix-Rouge, BLOOM, le WWF, Mécénat Chirurgie Cardiaque, la Fondation d’Auteuil ou l’AFM-Téléthon.

L’Orchestre de l’Alliance et ses équipes ont porté la création du festival de musique classique du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre Les Escapades Musicales, dont la 7ème édition se déroule du 23 juin au 22 juillet 2016.

Pejman Memarzadeh apporte une attention particulière à la présentation des œuvres et donne aux spectateurs des clés d’écoute. Il poursuit cette démarche lors des concerts jeune public organisés et à Paris de 2008 à 2013 en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale et sur le Bassin d’Arcachon dans le cadre des Escapades Musicales depuis 2012.

En 2012, l’orchestre lance les Concerts en Blanc : un concept inédit de concerts en plein air dans des lieux méconnus et habituellement inaccessibles au public.

Il organise également des Voyages musicaux en Iran depuis 2002 ainsi que des concerts Corporate pour ses entreprises partenaires.

L’Orchestre de l’Alliance développe ses projets grâce à l’implication de son Conseil d’Administration présidé depuis septembre 2014 par Monsieur Nicolas Beytout.

Héritier d’un répertoire enrichi au fil des siècles, ancré dans les problématiques de son époque et tourné vers l’avenir, l’Orchestre de l’Alliance se distingue par la richesse de sa démarche artistique, son engagement solidaire et la pluralité de ses activités.

 www.orchestredelalliance.fr

 





Gilles Colliard

/direction


Gilles Colliard - © Margot Laurens

Soliste, chef d’orchestre, compositeur et pédagogue, Gilles Colliard est un musicien complet. Né en Suisse, il étudie au Conservatoire de Musique de Genève avec Jean-Pierre Wallez puis se perfectionne auprès de Tibor Varga. De 1996 à 2004, Christophe Coin l’invite à le rejoindre en tant que violon solo pour de nombreuses tournées où il joue sur les plus grandes scènes internationales en soliste et en chambriste. Directeur artistique du Département de Musique Ancienne au CRR de Toulouse, premier violon du quatuor Ravel, il est depuis 2004 directeur musical de l’Orchestre de Chambre de Toulouse. Régulièrement invité à participer aux plus grands festivals (Casals, Montreux, Berlin, Santander…), il se produit à Paris, Tokyo, Londres, Moscou, Berlin, Genève.

Gilles Colliard s’intéresse à tous les répertoires. Il interprète les concertos de Brahms, Beethoven, Bartók, Tchaïkovsky, Paganini, Mendelssohn… avec des orchestres tels que le London Soloist Chamber Orchestra, l’Orchestre de la Suisse Romande, le Concentus Hungaricus de Budapest, l’Orchestre de Caroline du Nord, l’Orchestre Philarmonique de Bohème, etc.

Dès l’âge de 15 ans il écrit ses premières œuvres. L’Etat et la Ville de Genève financeront un disque de ses compositions. Le Centre Européen de Recherche lui commandera un opéra qui sera créé au grand théâtre de Limoges en 2002. Depuis, Gilles Colliard est sollicité pour de nombreuses compositions. En 2010, Régis Pasquier crée son concerto pour violon. En novembre 2011, son opéra Tistou est interprété en France et en Espagne.

Son importante discographie comprend plus de trente enregistrements (intégrale des concertos de Haydn, Mozart, Bach, des œuvres pour violon seul et de nombreuses créations) dont plusieurs sont récompensés (Télérama, Diapason d’Or, Monde de la Musique…).

 





L'Orchestre de Chambre de Toulouse

/orchestre


L'Orchestre de Chambre de Toulouse  - © Margot Laurens

Fondé en 1953 par Louis Auriacombe, l’Orchestre de Chambre de Toulouse s’intéresse à toutes les musiques, de la période baroque jusqu’à la création contemporaine.

De nombreux compositeurs ont travaillé avec lui pour des concerts et des enregistrements, lui dédiant des œuvres spécifiques.

Il se produit régulièrement avec les plus grands solistes, tels Christophe Coin, Gautier Capuçon, Natalie Dessay, Régis Pasquier, Michel Lethiec, Anne Queffelec et Richard Galliano pour ne parler que de l’histoire récente, et collabore avec des ensembles vocaux comme le Choeur de Chambre Les Éléments et l’Escale chromatique. Il est l’invité de nombreux festivals en France (La Chaise-Dieu, La Vézère, Pablo Casals à Prades, Septembre Musical de l’Orne…), comme à l’étranger (Japon, Suède, Suisse, Espagne, Argentine, Brésil, Macédoine, Bermudes, Nouvelle Calédonie).

Sous la direction de Gilles Colliard, depuis 2004, l’orchestre a choisi d’aller au bout de sa démarche d’authenticité en proposant des concerts baroques sur instruments anciens, mais aussi des concerts modernes avec les instruments actuels, ou encore des programmes réunissant les deux instruments. Salles de concert, églises, centres culturels, écoles, universités, et même parfois usines, l’Orchestre de Chambre de Toulouse propose au public plus de 160 concerts thématiques chaque année.

www.orchestredechambredetoulouse.fr





Kenneth Weiss

/clavecin


Kenneth Weiss - © Arthur Forjonel

Kenneth Weiss est né à New York. Après des études de clavecin avec Gustav Leonhardt au Conservatoire Sweelinck d’Amsterdam, il travaille avec l’ensemble Les Arts Florissants en tant qu’assistant musical de William Christie entre 1990 et 1993 et participe à un grand nombre de productions d’opéra et d’enregistrements. Il est co-directeur avec William Christie des trois premières éditions du Jardin des Voix des Arts Florissants.

Depuis lors, Kenneth Weiss se concentre sur le récital, la musique de chambre et la direction d’orchestre, se produisant sur les grandes scènes et festivals internationaux. Il donne des récitals à Nüremberg, Montpellier, Barcelone, Dijon, Genève, Anvers, la Cité de la musique à Paris, Madrid, au Festival de la Roque d’Anthéron, Santader, Lisbonne, San Sebastian, au Festival d’Innsbruck, à Santiago de Compostelle, au festival de la Chaise-Dieu, La Chaud de Fonds, à Bruges et à New York.

En collaboration avec la danseuse chorégraphe Trisha Brown, Kenneth Weiss assure la direction musicale du ballet M.O. sur l’Offrande Musicale de J. S. Bach, dont la création a lieu à la Monnaie de Bruxelles.

Il joue régulièrement en récital avec les violonistes Fabio Biondi, Monica Huggett and Lina Tur Bonet. En tant que chef d’orchestre, Kenneth Weiss dirige des productions scéniques de Dido & Aeneas de Purcell à l’Académie Européenne de Musique d’Aix en Provence en tournée en France, et de L’incoronazione di Poppea de Monteverdi à Bilbao et Oviedo. On le retrouve également à la tête de The English Concert, du Concerto Copenhagen, de l’Orquesta de Salamanca, du Divino Sospiro, de l’Orchestre de Rouen, de l’Ensemble orchestral de Basse-Normandie, de l’Orchestre National des Pays de Loire et de l’Orchestre des Pays de Savoie.

En 2014, Kenneth Weiss donne un récital du Clavier Bien Tempéré à la Cité de la musique à Paris, Rameau à Versailles et Londres, Scarlatti à Madrid, un programme des Virginalistes à Bruxelles et en tournée aux Pays-Bas, plusieurs récitals avec Fabio Biondi aux Etats-Unis et au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, ainsi qu’un récital d’extraits du Clavier Bien Tempéré au prestigieux Festival de La Roque d’Anthéron. Parmi ses projets réalisés en 2015 figurent entre autres une tournée au Japon avec le Clavier Bien Tempéré et un récital au Théâtre de la Ville à Paris.

Kenneth Weiss remporte de nombreux prix et récompenses pour ses enregistrements chez Satirino records, le dernier en date étant le Clavier Bien Tempéré de Bach sur le clavecin Ruckers-Taskin du Musée de la musique à Paris, sorti en mars 2014.

Kenneth Weiss a été professeur à l’Académie de Musique de Norvège à Oslo, au Conservatoire de Barcelone et à la Juilliard School à New York. Il enseigne actuellement au Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse de Paris.

www.satirino.fr/fr/artists/kenneth-weiss#disco





Alexis Cardenas

/violon


Alexis Cardenas - D.R.

D’origine vénézuélienne, le violoniste Alexis Cardenas est lauréat de nombreux concours internationaux : Tibor Varga en Suisse (1997), Szering Henry au Mexique (2000 – 2nd Prix), Fritz Kreisler à Vienne (2000 – 3ème Prix), Long-Thibaud à Paris (1999 – 4ème Prix), Concours de Montréal (2003 – 2ème Prix) et 1er Prix dans la Compétition internationale de Douai (France).

Né à Maracaibo (Venezuela) en 1976, il a commencé ses études de violon à l’âge de 9 ans dans sa ville natale et interprète dès l’âge de 12 ans le Concerto pour violon n°2 en mi mineur de Félix Mendelssohn Bartholdy accompagné par l’Orchestre Symphonique de Maracaibo. Un an plus tard, il joue le Concerto pour violon et orchestre, op. 35 de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Il poursuit ses études à la Julliard School of Music de New York avec Margaret Pardee, puis rentre dans la classe d’Olivier Charlier au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris où il obtient son Premier Prix à l’unanimité en 1998. Il a poursuivi ses études universitaires (troisième cycle) avec les professeurs tels que Jean-Jacques Kantorow et Roland Daugareil.

Alexis Cardenas se produit en tant que soliste en France, Italie, Espagne, Monaco, Etats-Unis, Amérique du Sud, Canada, Singapour, Hong Kong et au Japon et a été invité par de nombreux orchestres tels que l’Orchestre Philharmonique de Monaco, le Simon Bolivar Orchestra of Venezuela, l’Orchestre Symphonique de Murcia en Espagne, le I Musici de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, et l’Orchestre symphonique de Vienne. Il a notamment joué sous la baguette de Marek Janowski, Pavel Kogan ou encore Gustavo Dudamel.

Alexis Cardenas est un artiste aux multiples facettes à l’aise également dans le jazz ou la musique populaire. Il joue avec des artistes tels que Richard Galliano, Hamilton de Holanda, Didier Lockwood.

En tant que chambriste il partage la scène avec Olivier Charlier, Gérard Caussé, Jean Marc Phillips-Varjabédian, Costa Yamandu, Pablo Ziegler et Lito Vitale.

Il est actuellement premier violon solo de l’Orchestre national d’Ile-de-France à Paris.

Il joue un violon d’Anibal Fagnola de 1948 prêté par Monsieur Nicolas Dufourcq.





Ardeo

/quatuor à cordes


Ardeo©Franziska StraussSi Ardeo – en latin : je brûle – est le nom de ce quatuor, c’est aussi la devise avec laquelle les quatre jeunes femmes abordent leurs répertoires ; le succès leur donne raison. Constitué en 2001 au sein du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, le Quatuor Ardeo fait aujourd’hui partie des formations françaises les plus renommées.

Une parfaite entente artistique basée sur un travail sans relâche, un esprit d’harmonie et une grande complicité donne naissance à un parcours couronné de plusieurs prix aux concours internationaux : de Bordeaux, de Moscou, du Premio Paolo Borciani de Bologna, ainsi qu’au Concours International de Musique de Chambre de Melbourne.

Fortement inspiré par des personnalités musicales telles que Rainer Schmidt (Quatuor Hagen), Ferenc Rados ou Eberhard Feltz dans ses études, le Quatuor travaille régulièrement avec des compositeurs tels que Kaija Saariaho, Pascal Dusapin, François Meïmoun et Philippe Schoeller.

Leurs victoires aux concours et l’enthousiasme que les jeunes femmes suscitent en public conduisent le Quatuor Ardeo sur les grandes scènes et festivals d’Europe. Nommé « Rising Stars », le quatuor Ardeo mène en 2014/15 une tournée de concerts dans les plus prestigieuses salles européennes : Philharmonies de Cologne, de Paris et de Luxembourg, Concertgebouw d’Amsterdam, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, Townhall de Birmingham, Konzerthaus de Vienne et de Dortmund, Laeiszthalle de Hambourg, Konserthus de Stockholm…

En France, on a pu les entendre à la Cité de la musique, au Musée d’Orsay, aux théâtres parisiens du Châtelet, Mogador et des Bouffes du Nord, à la Salle Cortot, au centre Georges Pompidou, à l’Assemblée Nationale, à l’Orangerie de Sceaux, à l’Arsenal de Metz, ainsi que lors des Festivals de Radio France et Montpellier, des Folles Journées (de Nantes, en région, et du Japon), du Périgord noir, des Flâneries de Reims, du Septembre musical de l’Orne…

En résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis 2008, le Quatuor Ardeo jouit également d’une résidence chez Pro-Quartet depuis 2010.

Saluées largement par la critique internationale et française, elles font des apparitions dans des émissions de France Musique présentées par Gaëlle le Gallic, Stéphane Goldet, Jean Pierre Derrien et Lionel Esparza.

Le Quatuor Ardeo a présenté son premier disque en 2007 avec la première mondiale des deux premiers quatuors de Koechlin. En collaboration avec le pianiste David Kadouch est sortie un disque dédié à Chostakovich (Transart Live, 2010) et à Schumann (Decca, 2011).  Avec l’aide du Palazzetto Bru Zane à Venise, les musiciennes ont enregistré, en première mondiale, trois quatuors d’Anton Reicha (Empreinte Digitale, 2014).

www.quatuorardeo.com





Christie Julien

/piano


Christie Julien - © Steve J.Sherman

La pianiste française Christie Julien a fait ses débuts comme soliste aux Etats-Unis avec l’orchestre symphonique national en interprétant le Concerto n° 3 de Bartók sous la direction de Leonard Slatkin au Kennedy Center de Washington. Tim Page du Washington Post, écrit alors que « le jeu de Julien était empli de force et d’une poésie abstraite ».

Toujours aux Etats-Unis, elle interprète le Concerto pour piano n° 1 de Tchaïkovski, le Concerto n° 1 de Chopin et le Concerto « l’Empereur » de Beethoven. Elle est aussi l’invitée du festival Cape May avec le Concerto n°3 de Beethoven. Paul Sumers, du journal de la Société classique du New Jersey écrivit : « La jeune pianiste française Christie Julien a su donner toute sa substance à cette œuvre […] Toutes ses grandes vertus pianistiques apparurent au public d’un bout à l’autre de sa prestation. Sa ligne musicale est aussi techniquement irréprochable qu’expressive. Elle a cet étonnant pouvoir d’éclairer d’une lumière tendre les passages les plus intimes et retient presque sa puissance dans les passages les plus emportés ».

À Washington, elle s’est produite lors du millenium Stage au Kennedy Center dans le cadre du Festival Beethoven. Le Washington Post rendit alors hommage à « l’élégance de Mlle Julien dans son interprétation de velours au clavier de son Boesendorfer ».

En Europe, elle se produit au Philharmonic Hall de Berlin après avoir remporté la compétition Steinway pour jeunes pianistes.

Cette musicienne de chambre passionnée est l’invitée de nombreux festivals comme ceux de Santa Fe, La Jolla, Great Lakes, Ohrid, Ravini et donne à plusieurs reprises des concerts au Shriver Hall de Baltimore. Elle joue également au Carnegie Hall de New York. Elle se distingue en Chine, au Japon et en Europe, suscitant à chaque fois le salut unanime de la critique.

Christie Julien est titulaire de la bourse Yamaha et de la bourse Lavoisier du gouvernement français. Elle obtient ses premiers Prix de piano et de musique de chambre du conservatoire national supérieur de musique de Paris. Par la suite elle est invitée par Léon Fleisher, à étudier avec lui pendant plusieurs années au Peabody Conservatory de l’université John’s Hopkins. Elle y obtient la bourse intégrale et son diplôme de musicienne soliste « Artist Diploma ».

Parallèlement à sa carrière de soliste, elle est régulièrement invitée à animer des masterclasses à travers le monde comme en Chine, au Japon, aux Etats-Unis et au Canada. Elle donne depuis deux ans des cours publics et des concerts au festival d’été « Cordes et pics » au Karellis.

En juin 2007, Christie Julien a été invitée à être membre du jury de présélection du prestigieux Concours international de piano et de violon Marguerite Long-Jacques Thibaud, puis a été nommée membre du comité artistique du concours.  Elle est aussi chaque année invitée à être membre du jury du Concours international des grands amateurs de piano.





Pejman Memarzadeh

/violoncelle


Pejman Memarzadeh - © Laurent Wangermez

Né en Iran, c’est en France qu’il grandit depuis l’âge de 5 ans. Empreint de cette double culture, Pejman Memarzadeh est un chef d’orchestre, violoncelliste et porteur de projets inventifs et engagés. Toujours désireux de partager l’émotion de la musique classique avec le plus grand nombre, il fonde en 1995 l’Orchestre de l’Alliance dont il est le directeur musical depuis 2000.

Pejman Memarzadeh a souhaité créer, avec l’Orchestre de l’Alliance, des passerelles entre  les civilisations et les cultures. Il a été l’un des principaux chefs de l’Orchestre pour la Paix, rassemblant des musiciens israéliens et du monde arabo-musulman. Il organise des voyages musicaux en Iran avec l’Orchestre de l’Alliance en 2002 (faisant de cet ensemble le premier orchestre occidental à s’y produire depuis la Révolution) et en 2005 en compagnie de Gary Hoffman. En avril 2016, il organise     le grand retour de l’Orchestre de l’Alliance en Iran lors d’un voyage musical et d’une tournée dans tout le pays.

Afin de développer l’engagement sociétal et la démarche solidaire de l’Orchestre de l’Alliance, Pejman Memarzadeh a initié en 2005 avec Caroline Sénéclauze une saison musicale innovante à la Salle Gaveau : les Saisons de la Solidarité. Il poursuit la diffusion de la musique et les missions pédagogiques de l’Orchestre de l’Alliance en région en créant en 2010 les Escapades Musicales, le festival du Bassin d’Arcachon, qui a accueilli plus de 26000 spectateurs en 6 éditions.

En 2013, il travaille avec Renaud Déjardin à la conception et à la transcription des plus belles valses pour un orchestre de 15 solistes qui s’est produit au Bal de l’X en 2013 et au Cirque d’Amiens en 2014 qui se produira lors du concert d’ouverture de la 7ème édition des Escapades Musicales le 23 juin prochain.

Il s’est produit comme chef invité avec l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre                     de Chambre de Reykjavík lors d’un concert à l’Harpa Concert Hall rediffusé sur la Radio Nationale Islandaise ainsi qu’avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse récemment.

L’engagement de Pejman Memarzadeh notamment pour la diffusion de la musique classique au plus grand nombre a été salué par sa nomination en mars 2016 comme Membre de l’Observatoire de la Diversité du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel).

A travers une direction d’orchestre pleine de sens, de passion et d’humilité, Pejman Memarzadeh a construit un ensemble mature, atypique et engagé, en y apportant son dynamisme, ses valeurs et sa vision artistique propre.

www.pejman-memarzadeh.com

 





Maxence Pilchen

/piano


Maxence Pilchen - © FC

Pianiste franco-belge, Maxence Pilchen a été récompensé par de nombreux Prix internationaux dont Porto, Barcelone, Epinal et Rome ou Maurice Lefranc à Bruxelles, après avoir remporté à 11 ans le concours télévisé des Jeunes Solistes de la RTBF à Bruxelles et le concours mondial des jeunes musiciens diffusé sur la RAI Uno à Bologne l’année suivante.

Il a été conseillé et suivi par Janusz Olejniczak à Varsovie, Bernard Ringeissen à Paris, Daniel Blümenthal à Bruxelles, mais aussi et surtout par Byron Janis à New York, pianiste avec lequel il a entretenu une relation très privilégiée.

Fort de ces distinctions, Maxence Pilchen a joué dans des salles prestigieuses du monde entier, notamment le Mozarteum de Salzbourg, le Colisée de Porto, le Théâtre Royal de la Monnaie et le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, ou encore la philharmonique de Varsovie et la salle Gaveau à Paris. Il a été également invité à se produire avec plusieurs ensembles tels que le Quatuor de l’Opéra National de Belgique, l’Orchestre Philharmonique de Liège, l’Orchestre National de Porto… Le public a pu également le découvrir à l’occasion de grands rendez-vous musicaux tels que le Festival Chopin à Bagatelle, le Festival international de Dinard, Pianissimo de Liège et lors prestigieuses manifestations à Monaco, aux Pays-Bas, en Autriche, Italie, Suisse, Espagne, Pologne, Roumanie, Chypre, Portugal mais aussi en Corée et dans plusieurs villes des Etats-Unis.

Le vaste répertoire de Maxence Pilchen lui a valu d’être salué par la critique et le monde musical aussi bien pour ses interprétations de Bach, Mozart, Beethoven et Chopin que pour Debussy, Rachmaninov, Stravinsky, Albert Roussel ou encore Prokofiev et pour des œuvres contemporaines à la création desquelles il a participé.

Très remarqué pour ses interprétations de Chopin, notamment par le musicologue spécialiste du compositeur Jean-Jacques Eigeldinger, Maxence Pilchen figure régulièrement au programme du Festival Chopin de Nohant depuis 2011, où il a alors joué en l’honneur de Byron Janis. Il s’est également produit en 2012 aux Lisztomanias à Châteauroux pour un concert « à ne pas manquer » selon le magazine Diapason. L’année suivante, il a donné un grand récital Chopin à Cedar Rapids aux Etats-Unis.

Au sein de son répertoire varié, Frédéric Chopin occupe depuis longtemps une place à part dans le parcours et le cœur de Maxence Pilchen. C’est donc tout naturellement qu’il a consacré en 2015 son premier CD aux 24 Préludes du compositeur romantique (Paraty). Son interprétation subtile et personnelle a été saluée par de nombreux critiques. Fort de ce succès, le pianiste enregistrera en 2016 un second CD toujours chez Paraty.

Ouvert à diverses expériences, Maxence Pilchen a également participé en 2012 à une séquence du long métrage de Philippe Claudel Avant l’hiver.

Maxence Pilchen poursuit sa carrière de concertiste avec le soutien de la fondation Safran pour la musique. En 2016, il se produit notamment à New York et à Paris, salle Gaveau, mais aussi au Festival de Nohant à l’occasion de sa cinquantième édition.

www.maxencepilchen.com





Nicolas Rivenq

/baryton


Nicolas Rivenq - D.R.

Licencié en Lettres et ancien élève de l’École Normale Supérieure des Arts Décoratifs, Nicolas Rivenq commence ses études de chant dans la classe de J. Bonnardot au Conservatoire National de Musique de la ville d’Orléans. Après avoir été membre des Arts Florissants et de La Chapelle Royale, il entre dans la classe de M.Sénéchal à l’École d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris pour deux ans, puis se perfectionne trois ans aux USA à l’Université d’Indiana dans la classe de la basse russo-italienne N. Rossi-Lemeni.

Remarqué par Yehudi Menuhin, il fait ses débuts aux Festivals d’Edinburgh et de Gstaad sous sa direction. À son retour en France, il débute une longue collaboration avec W. Christie dans Atys à l’Opéra Comique, Les Indes Galantes à Aix-en Provence, Les Boréades à l’Opéra de Paris ou dans des tournées qui le portent à travers le monde. Sa rencontre avec J.C. Malgoire et P. L.Pizzi a été déterminante  en prenant part à plus d’une vingtaine de leurs productions (Rinaldo, Hippolyte et Aricie, Le Comte Ory, Les Danaides, Trilogie Mozart- Da Ponte, Platée, Les Paladins, 3 opéras de Monteverdi, etc.)

G. Strehler le choisit pour ce qui sera sa dernière production d’opéra (Cosi Fan Tutte) pour l’inauguration du Teatro d’Europa à Milan. Il participe aux concerts inauguraux de la réouverture de La Fenice  sous la direction de R. Muti  ainsi qu’à l’ouverture de la Cité de la Musique à Paris sous les directions de P. Boulez et W. Christie.

Jonglant du Baroque au Contemporain, il couvre un vaste répertoire qui le conduit à travers le monde sous la direction de nombreux chefs tels que Z. Mehta, S. Ozawa, R. Jacobs, I. Fischer, M. Plasson,            A. Pappano, E. Pido, M. Benini, G. Carella, M. Guidarini, D. Renzetti, R. Palumbo, A. Gerecz, J.E. Gardiner, K. Montgomery, J. Marin, D. Gatti, C. Scimone, etc.

Nicolas Rivenq figure dans plus de cinquante enregistrements CD ou DVD.

Il reçoit le premier prix du Concours G.B.Viotti à Vercelli en 1990.

 





Françoise Tillard

/piano


Françoise Tillard - D.R.

Après des études de piano avec Peter Wallfisch au Royal College of Music de Londres, Françoise Tillard est pendant deux ans l’assistante du professeur Paul von Schilhawsky au Mozarteum de Salzbourg et se perfectionne auprès de grands accompagnateurs tels que Geoffrey Parsons et Eric Werba.

Elle commence sa carrière en donnant des concerts avec Christa Ludwig et accompagne ensuite Hanna Schaer, Donna Brown, Katia Ricciarelli, Walter Berry, Agnès Mellon, Barbara Bonney, Jean-Philippe Lafont, Franck Le Guérinel… Elle donne de nombreux concerts de musique de chambre avec le Trio Brentano et des solistes tels que Roland Daugareil, Etienne Péclard et Lajos Lencses. Elle vient de fonder avec le violoniste Thierry Maurin et la violoncelliste Silvia Lenzi un trio auquel ils ont donné le nom de leur compositrice préférée, Fanny Hensel.

En tant que chef de chant, elle a été assistante de H.von Karajan, C.Abbado, S.Ozawa, D.Barenboim, P.Steinberg, F.Layer, Z.Mehta. Elle a également travaillé avec H.Behrens, M.Price, J.Larmore, L.Vaduva, F.Grundheber, P.Domingo, R.Raimondi, J.Carreras… Elle a enseigné mélodies et lieder de 1991 à 1995 à l’Atelier lyrique de Lyon puis de 1996 à 2000 dans le cadre de la classe de répertoire qu’elle a fondée. Elle a dirigé un master « Art du Récital » à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle où elle occupait un poste de PAST (personnalité associée). Elle est actuellement professeur d’accompagnement des Conservatoires de la Ville de Paris et vient de transformer sa classe en CEM « Mélodies et Lieder » à l’attention des chanteurs et des pianistes accompagnateurs. Elle est engagée comme “tutor” par l’Université de Stanford (USA).

Parallèlement à son activité de musique de chambre, Françoise Tillard a écrit une biographie de la compositrice Fanny Hensel-Mendelssohn publiée chez Belfond (1992) et traduite en allemand et en anglais. Ce travail lui valut un doctorat d’études germaniques et a été réédité en 2007 chez Symétrie sous le titre Fanny Hensel, née Mendelssohn Bartholdy. Elle a aussi traduit de l’allemand l’autobiographie de Christa Ludwig Ma voix et moi (novembre 1996). Elle donne de nombreux « concerts conférences » autour du thème des compositrices en général et Fanny Hensel en particulier (Etats-Unis, Allemagne, Russie, Japon…). Elle a reçu en avril 2005 le Prix Gerald Moore, Orphée d’Or de la meilleure accompagnatrice, décerné par l’Académie Nationale du Disque Lyrique.

Elle assure la direction musicale de nombreux opéras de poche dans le cadre de l’Atelier Lyrique de Franche-Comté : Rita de Donizetti, Cendrillon de Pauline Viardot, La Esmeralda de Louise Bertin sur un livret de Victor Hugo, Une Education manquée de Chabrier…

Françoise Tillard vient de publier Musicienne et Citoyenne, petit ouvrage résumant sa carrière et proposant des pistes pour mieux intégrer l’enseignement de la musique et sa diffusion à la société française d’aujourd’hui (La Lettre du Musicien, janvier 2016).





Ouranos

/quintette à vents


Ouranos  - D.R.

C’est sous l’impulsion du clarinettiste Amaury Viduvier que se réunissent en 2014 cinq jeunes solistes issus du conservatoire Supérieur de Paris, afin d’explorer le passionnant répertoire de la musique de chambre pour vents.

Mûs par la volonté commune de placer leur virtuosité instrumentale – récompensée par de nombreux prix internationaux -au service du jeu d’ensemble, les membres du quintette multiplient rapidement les collaborations artistiques de haut vol et proposent une interprétation résolument personnelle des grands classiques du répertoire.

La démarche de l’ensemble Ouranos est double : elle vise d’une part à contribuer au rayonnement de l’excellence sans cesse renouvelée de l’école française des instruments à vents, et d’autre part à transmettre au public sa passion pour la musique de chambre.

L’ensemble est en résidence à la fondation Singer-Polignac depuis septembre 2014. Il est depuis un invité privilégié des festivals de Pâques et d’Août musical à Deauville, où il partage la scène avec d’exceptionnels chambristes tels que le quatuor Hermès, les pianistes Jonas Vitaud et Guillaume Bellom, et plus récemment les quatuors Girard et la harpiste Coline Jaget. Cette saison 2016, ils se produiront en direct sur France Musique pour l’émission Génération Jeunes Interprètes ainsi que dans différents festivals tels que le Festival Debussy, Les Escapades Musicales, le Festival de Loudun…

« L’ensemble Ouranos livre une lecture tout en finesse et équilibre […]. Tous les interprètes sont excellents. » – Stéphane Guy pour ConcertoNet, à propos du sextuor de Poulenc.

 

Mathilde Calderini, flûte : 1er Prix Concours International de Kobe

Révélations Classique Adami 2012

Bourse Jeune Talent Fondation Clos-Vougeot

Philibert Perrine, hautbois :

Soliste Opéra de Paris,

1er Prix Concours International Crusell

3ème Prix Concours International Fondation Sony Japon

Amaury Viduvier, clarinette :

2ème Prix Concours International Debussy

Révélation Classique Adami 2015

Lauréat Bourse Yamaha

Rafael Angster, basson :

Basson solo de l’orchestre de Normandie,

2ème prix Concours International CM von Weber de  Wroclaw

Lauréat du Mécénat Musical de la Société Générale

Nicolas Ramez, cor :

1er cor Solo Orchestre de chambre de Paris

2ème Prix Concours International de Brno

 

 





Noam Greenberg

/piano


Noam Greenberg - D.R.

Après avoir étudié à la Rubin Academy de Tel Aviv et à l’Université de Yale, le pianiste israélien Noam Greenberg a poursuivi sa formation à Londres auprès de Maria Curcio. En 2001, il fait les rencontres déterminantes de Ferenc Rados et Andras Schiff dont il suit les Master Classes lors du Séminaire International des musiciens de Prussia Cove. Noam Greenberg suit par la suite plusieurs cours de Ferenc Rados à Budapest et participe à plusieurs reprises au Séminaire de l’Open Chamber Music de l’IMS Prussia Cove, notamment à l’occasion de leur tournée en Grande-Bretagne en 2004.

Noam Greenberg poursuit une carrière de soliste tant en récital qu’en musique de chambre, et aborde divers répertoires musicaux. Il s’est produit sur les scènes européennes les plus prestigieuses parmi lesquelles le Wigmore Hall à Londres, le Konzerthaus et Musikverein de Vienne, le Konzerthaus de Berlin, le Parco della Musica de Rome, le Concertgebouw d’Amsterdam ou encore l’Auditorio National de Madrid.

Interprète avide de musique contemporaine, il a été pendant 4 ans piano solo de l’Israeli Contemporary Players, le principal ensemble de musique contemporaine israélien, et a créé de nombreuses œuvres dont le Concerto pour piano de Ligeti (rediffusé en live par l’Union Européenne de radio-télévision) ainsi que des compositions de Magnus Lindberg, Marco Stroppa et Sven Ingo Koch en Grande-Bretagne.

Il s’est produit entre autres dans les festivals de Lucerne, Aldeburgh, Cheltenham, Banff, Norfolk, Lapland, Orlando, Schleswig-Holstein, Stage-Barcelona ou Zeitkunst.

Noam Greenberg a été membre du Waldstein Ensemble aux côtés de Gerhard Schulz, Guy Ben-Ziony et Lilia Bayrova. Il se produit régulièrement avec le clarinettiste Chen Halevi et a également collaboré avec Pekka Kuusisto, Christine Schaffer, Ailish Tynan, Anssi Kartunnen et le quintette Ardeo.

Il donne chaque année des master-classes au Burg Feistritz en Autriche, à la Britten Pears School à Aldeburgh, au Royal Northern College of Music et à la Hochschule fur Musik in Deltmold.

Noam Greenberg a fondé en 2006 le festival de musique de Tresanton dont il est le Directeur artistique, qui rencontre un vif succès et dont les concerts sont régulièrement rediffusés sur la radio BBC 3.

Noam Greenberg vit actuellement à Londres.





Eléonore Darmon

/violon


Eléonore Darmon - © Stefan

Lauréate de nombreux prix internationaux, des Fondations Banque Populaire, Cziffra et Or du Rhin, Éléonore Darmon est aujourd’hui considérée comme l’une des violonistes françaises les plus en vue de sa génération. Entrée à l’âge exceptionnel de 14 ans au CNSM de Paris, elle en ressort couronnée d’un premier prix de violon et de musique de chambre, et diplômée du cycle de perfectionnement « Violon-Concertiste ». Elle étudie ensuite durant trois ans auprès de Pavel Vernikov en Italie (Florence) et en Autriche (Vienne).

Sa carrière de concertiste commence très tôt : dès l’âge de 16 ans, elle se produit dans le Concerto de Mendelssohn avec l’Orchestre Symphonique de Nancy. Plébiscitée par le public, elle interprète ensuite nombre de grands concertos du répertoire avec des orchestres tels que : l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre National d’Ukraine, le Baden Sinfonietta en Autriche, l’Orchestre Symphonique Royal du Maroc… Elle effectue la tournée d’hiver 2010/2011 du Wien Waltz Philharmonie en tant que violon solo de l’orchestre et interprète le concerto de violon chinois « Butterfly lovers » dans une douzaine de villes en Chine dont Pékin (Concert au Beijing Concert Hall). En 2012, elle reçoit le « Aurora Chamber Music Award » (Suède) et joue à cette occasion le Concerto en ré majeur de Paganini. La même année, elle joue le Double-Concerto de Brahms avec le violoncelliste Alexey Zhilin sous la direction d’Oleg Reshetkin au Maroc (à Meknès, Casablanca et Rabat). En 2013, elle interprète le Concerto de Beethoven avec l’orchestre de Paul Kuentz à Paris et en Bretagne, où elle effectue une tournée de quinze concerts, avec cette fois-ci les Quatre Saisons de Vivaldi.

En 2014, elle est choisie par Marielle Nordmann pour être la « marraine » du Festival « Les Musicales de Bagatelles » à Paris puis à l’Arsenal de Metz et joue entre autres oeuvres la célèbre sonate des Trilles du Diable de Tartini accompagnée par le quatuor Varèse dans une adaptation inédite.

Éléonore est également une chambriste accomplie : elle forme depuis 2011 un duo avec le pianiste Antoine De Grolée et s’est produite aux cotés de Mischa Maïsky, Frans Helmerson, Martha Argerich, Gordan Nikolic, Lawrence Power, Emmanuel Rossfelder et même de Roby Lakatos, dans des Festivals du monde entier.

De 2013 à 2015, elle organise une saison de musique de chambre à Paris intitulée « Des Musiques & des Hommes » où des artistes comme Gary Hoffman, Diana Ligeti, Daria Hovora, Vladimir Mendelssohn, Pierre Fouchenneret, François Salque – entre autres – se sont produits auprès d’elle.

Elle devient, en 2014, la nouvelle directrice artistique du Festival de Sagonne, dans le Berry.

Depuis 2015, elle est régulièrement invitée par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en tant que violon super-soliste ou co-soliste sous la direction de Tugan Sokhiev, Joseph Swensen, Thomas Sondergard, Georges Prêtre…

Éléonore joue un violon Gianbattista Grancino et un archet Eugène Sartory.

www.eleonoredarmon.com





Saskia Lethiec

/violon


Saskia Lethiec - D.R.

Lauréate des concours internationaux Ferras-Barbizet et Enesco à Bucarest, Saskia Lethiec s’est formée au Conservatoire de Genève (classe de J.P Wallez), au CNSM de Paris (trois cycles de perfectionnement, quatuor à cordes, soliste et sonate) et à la Hochschule de Cologne (classe de Mihaela Martin). Elle a suivi par ailleurs les master-class de Walter Levin, Hatto Beyerle, Miriam Fried, Maurice Hasson.

Concertiste reconnue, Saskia Lethiec se produit notamment avec les Orchestres Concentus Hungaricus de Budapest, l’Orchestre Brixix de Prague, l’Orchestre Symphonique de Caracas, le Simon Bolivar de Caracas, l’Orchestre PACA de Cannes, le North Portugal Orchestra, l’Orchestre de Chambre de Toulouse. Elle enregistre les concertos n°9 et 13 de Rodolphe Kreutzer en février 2009 pour Talent Music.

En musique de chambre, elle joue dans différentes formations aux Festival Amati (Hollande), Amadeus (Suisse), de Dubvronik, de Leipzig, Pablo Casals de Prades, Pro Quartett, de Porto Rico ainsi qu’aux Folles journées de Nantes et Tokyo, et dans des lieux prestigieux tels que le Musée d’Orsay, L’Hôtel des Invalides, le Concetgebouw d’Amsterdam, le Victoria Hall de Genève, le Tonhalle de Zurick, la Philharmonie de Varsovie, le Rodolphinum de Prague…

Membre de l’ensemble les Hoboken depuis sa fondation en 2003, elle se produit avec cet ensemble dans de nombreux festivals comme Colmar, Flâneries musicales de Reims, l’Orangerie de Sceaux, Gérone, Guadalajara et enregistre les trios de Smetana-Dvorak (Lyrinx 2004), Haydn (Lyrinx 2009), Durosoir (Alpha 2011), la Rapsodie espagnole, Ravel-Turina (Anima records 2013, récompensés par 5 Diapason et 4FClassica).

Elle fonde en 2014 l’Ensemble Les Ephémères avec Valérie Aimard au violoncelle, Frédéric Lainé à l’alto et Arielle Gill au violon. Cet ensemble parcourt le répertoire du trio à cordes et du quatuor à cordes.

Elle pratique également le violon baroque depuis sa formation auprès de Patrick Bismuth et fait partie de l’Ensemble La Badinerie fondée par la flûtiste à bec Claire De Villeneuve et Bernard Vandenbroucque au violoncelle.

Elle participe activement à la diffusion de la musique contemporaine en jouant régulièrement les œuvres d’Edit Canat de Chizy, Alain Fourchotte, Dominique Lemaître, Krystof Maratka, Philippe Raynaud, Katja Saariaho .

Elle a fondé avec François Salque le Festival Musique d’Un Siècle qui programme essentiellement des œuvres du 20ème et 21ème siècle et invitent des compositeurs comme Thierry Escaich, Krystof Maratka, Philippe Raynaud, Jean-François Zygel.

Elle est professeur au CRR de Versailles.





Wissem Ben Ammar

/alto


Wissem Ben Ammar - D.R.

Né en Tunisie en août 1978, Wissem Ben Ammar a grandi dans une famille de musiciens. Il étudie l’alto en France aux côtés de professeurs reconnus dans le monde entire tells que Bruno Pasquier, Jean-Philippe Vasseur, Alain Tresallet, et Thierry Brodard, ainsi qu’aux Pays Bas avec Vladimir Mendelssphn, Gisella Bergman, et Jan Schoonenberg.

En 2004, il obtient son diplôme de Bachelor, avec un premier prix d’alto et de musique de chambre à l’unanimité au conservatoire supérieur de Rotterdem, et en 2006, son diplôme de soliste au conservatoire supérieur de Tilbirg.

Régulièrement invite par des orchestres prestigieux tels que l’Opéra de Rouen ou l’Opéra de Tours en tant qu’alto solo, il a participé à de nombreux concerts en tant que soliste, et en musique de chamber en France et à l’étranger avec le Kammerensemble de Cologne.

Il a également été nommé directeur artistique et alto solo de l’Orchestre de Chambre Esperanza, l’orchestre official de l’UNESCO. Il est aujourd’hui membre de du Damascus Chamber Festival Players, de l’ensemble Alba, et du Kammerensemble de Cologne.

 





François Martigné

/alto


François Martigné - © Marie Julliard

François Martigné a commencé ses études musicales au Conservatoire national de Saint Maur puis a continué avec Pierre Henri Xuèreb et Bruno Pasquier au Conservatoire National Supérieur de Paris. A l’âge de 17 ans il remporte le premier prix à l’unanimité avec félicitations de musique de chambre de la ville de Paris, en 2000 il reçoit le premier prix d’alto du Conservatoire National Supérieur de Paris.

Il se perfectionne auprès de Ludmilla Choubina titulaire de la classe d’alto au Conservatoire Supérieur de Moscou et des solistes internationaux Yuri Bashmet, Vladimir Mendelssohn et Mark Drobinsky. François Martigné a été très jeune lauréat de la Fondation Georges Cziffra ainsi que de la fondation Léopold Bellan.

Il donne constamment des concerts en France et à l’étranger. Il est souvent dirigé par de grands chefs comme Nathalie Stutzman, Jean-Claude Casadesus, Maurice Jarre…

En musique de chambre, il est membre fondateur du Trio Lenitas qui se produit en Argentine, Chine, France, Grèce, Russie, Suisse…il est aussi membre fondateur de l’ensemble Paris Opéra qui se produit dans toute la France et il a joué dans le Quatuor Elysée dont le premier violon Christophe Giovaninetti a fondé le quatuor Ysaye. Le trio Lenitas a le soutien du Rotary club de Montreux riviera et de l’Association des Amis du Trio Lenitas (AATL). Il a également effectué plusieurs tournées en Asie (Thailande, Vietnam, Singapore, Cambodge, Laos) en tant que membre du Paris Mozart Trio où ses concerts et Master Classes ont été retransmis dans des émissions TV.

Il se produit comme chambriste avec des musiciens tels que : Hugues Borsarello, Mark Drobinsky, Nicolas Stavy, Sofia Gulbadamova, Ayako Tanaka, Michel Michalakakos, David Bismuth, Luz Leskowitz, Radu Blidar…

François Martigné a déjà enregistré une dizaine de CD et DVD en récital et musique de chambre, le dernier chez Gallo en trio à cordes à Vevey en Suisse, il a également participé au film de Radu Mihaileanu Le Concert.

Parallèlement à son activité de concertiste, il développe depuis 2001 une activité d’enseignement : en 2001-2004 à Vaucresson, puis 2004-2010 au Vésinet le Pecq et à Saint-Germain en Laye, il donne aussi régulièrement depuis 2010 des Master Classes à la Fondation Hindemith à Blonay en Suisse.

Il joue sur un remarquable alto de Mathias Fichtel fait à Vienne en 1747.

 





Timothée Marcel

/violoncelle


Timothée Marcel - © Ashley Harms

Issu d’une famille de musiciens, c’est d’abord avec son père que Timothée Marcel commence dès 7 ans l’étude du violoncelle. Il entre à 9 ans au Conservatoire supérieur de Paris (CNR) dans la classe de Marcel Bardon et à 16 ans au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de Jean-Marie Gamard, où il obtient en juin 2006 le Diplôme de Formation Supérieur (DFS) de musique de chambre et de violoncelle mention très bien.

En 2002, il remporte le premier Prix du Concours International de cordes d’Epernay et le premier Prix de la Fondation Raynaud-Zurfluh. Il est également lauréat du Concours Maurice Gendron, à Fontainebleau, en 2005. Cette même année, il est choisi par Gary Hoffman pour participer au Festival de Musique de Chambre de Santa Fe (USA) et en décembre 2006, il est réinvité à venir jouer en soliste le Concerto en ut majeur de Joseph Haydn avec l’Orchestre Symphonique de Santa Fe. A cette occasion, il reçoit un accueil très chaleureux du public et de la critique.

A plusieurs reprises, il reçoit les conseils de Mstislav Rostropovitch. Il se produit en musique de chambre avec Pinchas Zukerman, Gérard Caussé, Yuja Wang… Il a eu l’opportunité de jouer dans des lieux prestigieux comme l’Institut de France, la Cité Internationale des Arts, le Théatre des Champs-Elysées, l’Awakening Museum (USA) et de participer à des émissions de radio, télévision, en France et à l’étranger.

Très attiré par la Hongrie, il s’y est produit en soliste tout récemment (Suites pour violoncelle seul de J.S.Bach, Triple Concerto de Beethoven…).

On peut souligner également sa collaboration musicale avec la compagnie de danse Two Women Dancing, au Nouveau-Mexique, sur une chorégraphie des Suites pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach.

Passionné de lutherie contemporaine, il joue un magnifique violoncelle de Jacques Bauer (Angers 1990) et un archet de Yannick Le Canu (Toulouse 2004).

www.timotheemarcel.com





KolorBach


KolorBach  - © Priscille Lafitte-Muller

Faire dialoguer l’œuvre de Bach et la musique orientale, tel est le pari audacieux de ce programme imaginé par deux couples de musiciens : un violoniste et une violoniste-altiste, un saxophoniste et une violoncelliste. Après s’être rencontrés il y a quelques années au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, ces quatre instrumentistes ont souhaité marier leurs expériences variées de concertistes, de chambristes ou d’improvisateurs, tout en rapprochant leurs répertoires de prédilection respectifs. !

Il en résulte un quatuor à la formation originale, permettant de réinterpréter la musique de Bach en la passant par le prisme de « couleurs » contemporaines et inédites. Le nom de l’ensemble renvoie à l’alliance entre le « Kol » (la voix, en hébreu), c’est-à-dire la musique de tradition orale, telle qu’elle s’épanouit notamment dans la musique traditionnelle juive, et la musique de « Bach », devenue aujourd’hui l’emblème de la tradition occidentale.

Philippe Talec (violon)

Après ses études au CNR de Bordeaux, Philippe Talec entre au CNSM de Paris dans la classe de Gérard

Poulet et obtient en 2002 le Diplôme de Formation Supérieure de violon mention très bien, ainsi que trois autres prix en musique de chambre, harmonie et contrepoint. Il fonde avec Boris de Larochelambert et Antoine Landowski le Trio Chausson avec lequel il s’est produit durant 14 ans. Il se perfectionne grâce à l’European Chamber Music Academy où, durant deux ans, il bénéficie des conseils de chambristes européens éminents. Il remporte en trio le 1er Prix au concours international de musique de chambre « Joseph Joachim » à Weimar en 2005. Il est nommé avec son trio « Rising Star » pour la saison 2007/2008 et se produit dans les plus grandes salles de concert européennes ainsi qu’au Carnegie Hall (New York). Il a enregistré avec son trio chez Mirare cinq CD salués par la critique. Philippe Talec enseigne depuis 2008 au Conservatoire de Musique de Genève.

 

Jessica Talec (violon et alto)

Après avoir remporté plusieurs concours nationaux français (Vatelot, Nerini, Leopold Bellan, U.F.A.M.),

Jessica Talec entre au CNSM de Paris dans la classe de Gérard Poulet. Après sa réussite au Diplôme de

Formation Supérieure, elle obtient une Licence en Musique et Musicologie à la Sorbonne et un Master en Pédagogie à la Haute Ecole de Musique de Genève. Violon solo pendant sept ans de l’Orchestre et Choeur des Universités de Paris, elle y a joué en tant que soliste dans de nombreuses salles prestigieuses… Passionnée par la pédagogie, elle enseigne tant le violon que l’alto et a transcrit les deux premiers livres de la méthode Colourstrings en Braille musical et images tactiles pour non voyants. Par ailleurs, Jessica s’intéresse aux musiques d’esthétique jazz, tzigane et klezmer et s’est produite à ce titre dans de nombreuses salles. Enfin, elle a enregistré neuf CD en tant que violoniste et arrangeur chez Jeméditions et Sam-Music. Aujourd’hui, Jessica enseigne le violon au Conservatoire Populaire de Musique de Genève.

 

Béatrice Reibel-Petit (violoncelle)

Béatrice Reibel-Petit a suivi l’enseignement de Philippe Müller et de Pierre-Laurent Aimard au CNSM de Paris (Prix de violoncelle et de musique de chambre mention TB à l’unanimité en 2002), puis celui de Frans Helmerson à la Hochschule für Musik de Cologne. Couronnée par de prestigieux prix internationaux (2e Prix du Concours Lutoslawski de Varsovie, 2e Prix du Concours de Belgrade, 2e Prix du Concours Paulo d’Helsinki), elle est lauréate des fondations Natexis Groupe Banque Populaire, Cziffra, Zonta clubs et Meyer. Invitée en France et à l’étranger (Festival des Flandres, Festival de Ravinia, Boston, Festival of fine arts au Canada, Allemagne, Sardaigne, Pays-Bas, Pologne), elle s’est produite en soliste avec la Varsovia Camerata, la Filharmonia Poznanska, la Slaska Filharmonia, l’Oulu Symphony Orchestra… Elle a enregistré en solo un CD consacré à J. S. Bach et aux compositeurs contemporains, et son dernier disque explore la thématique juive (Mosaïque, Integral Classic). Dans le même esprit, elle a réalisé le spectacle musical « Une voix dans le désert » qui fut l’objet d’une tournée de Moscou à Vladivostok.

 

Julien-David Petit (saxophone)

Julien-David Petit obtient ses Premiers Prix de saxophone et de musique de chambre au CNSM de Paris dans les classes de Claude Delangle, Nicholas Angelich et Marie-Françoise Bucquet. Révélation de la revue Classica en 2003, boursier de la fondation Natexis, lauréat des plus prestigieux concours internationaux (2e Prix du concours Adolphe Sax à Dinant en Belgique, 3e Prix du concours ARD de Munich), il se produit dans de nombreux pays, en soliste avec le Hofer Symphoniker, l’Orchestre de la Radio Bavaroise, l’Orchestre Royal de chambre de Wallonie, la Force Royale Aérienne Belge, l’Orchestre de la Garde Républicaine ou le Filharmonia Krasnoyarsk. Il donne des master-classes dans de nombreuses institutions étrangères (Royaume-Uni, Espagne, Russie…) parallèlement à son enseignement au CRR d’Aubervilliers. Il se partage entre récitals de piano (CD La Escapada, Lyrinx), musique de chambre, spectacles musicaux (Une voix dans le désert), musique contemporaine (Stockhausen lui a dédié plusieurs pièces qu’il a enregistrées) et musique klezmer (au sein du trio Klezele, qui a enregistré deux CD chez Integral Classic).

Dans un esprit d’ouverture dialoguent alors le savant et le populaire, l’orient et l’occident, le texte musical et l’oralité, le trio à cordes et le saxophone.





Jacques Charpentier

/direction


Jacques Charpentier - D.R.

Après un baccalauréat scientifique, Jacques Charpentier étudie le piano (classique et jazz), le saxophone (diplôme de Fin d’Etudes Musicale) et le chant. Il se perfectionne ensuite en analyse et écriture (contrepoint rigoureux, fugue, harmonisation au clavier), puis obtient son Diplôme d’Etudes Musicales en direction de chœurs et son Diplôme d’Etudes Musicales en direction d’orchestre sous la maîtrise de Roberto Gatto.

Chef d’orchestre et chef de chœur, professeur diplômé chargé du département de Chant Choral au conservatoire de Marmande, Jacques Charpentier veut associer pleinement activités artistiques et pédagogiques.

La direction musicale du Groupe Vocal Arpège de Bordeaux et de La Psallette de Mérignac, des classes à dominante vocale au conservatoire de Marmande, des interventions dans des stages de chant choral, comme celui de Clairac, sont autant d’opportunités d’épanouir musicalité et savoir-faire.

Les coopérations qu’il impulse régulièrement avec des spécialistes renommés du répertoire baroque tels que Jean-Claude Malgoire, Jean-Marc Andrieu ou Michel Laplénie (Passion Saint-Mathieu et cantates de Bach, Messie et Dixit Dominus de Haendel, Vêpres solennelles et Requiem de Mozart) sont le reflet de sa volonté et de sa quête de liens entre amateurs et professionnels.

Depuis janvier 2016, Jacques Charpentier est chef de chœur assistant des chœurs de l’Opéra National de Bordeaux.





Groupe Vocal Arpège

/choeur


Groupe Vocal Arpège  - D.R.

Arpège, une passion depuis plus de 40 ans

Le Groupe Vocal Arpège : 50 chanteurs sous la baguette de Jacques Charpentier, jeune chef talentueux, unis dans une même recherche d’excellence et de plaisirs vocaux partagés…

A capella ou avec grand orchestre, dans des programmes de musique ancienne ou contemporaine, dans des lieux de diffusion classiques ou endroits insolites, le Groupe Vocal Arpège explore de larges répertoires pour le plus grand plaisir de tous les publics…

Par l’importance de son effectif, son excellent niveau musical et la recherche de répertoires ambitieux, le Groupe Vocal Arpège occupe une place unique dans le panorama musical de notre région.

Il peut mettre en œuvre des programmes d’envergure à large visibilité, mais aussi des prestations plus réduites, garantissant une image de qualité auprès d’un public averti.

Créée il y a plus de 40 ans par Joël Péral qui a insufflé pendant de nombreuses années une dimension humaine originale qui faisait de ce chœur, au-delà d’une simple chorale, un vrai lieu de communion, Arpège a toujours assuré un travail exigeant et acharné où chacun doit donner le meilleurs de lui-même, au service de la musique.

Passion, émotion, sensualité et enthousiasme étaient les valeurs portées par Joël Péral, qu’il a su transmettre à son successeur à la tête du Chœur, Patrick Malet. Pendant 13 ans, ce chef a poursuivi les mêmes ambitions de qualité et musicalité pour ce chœur amateur qui a toujours fait honneur aux artistes professionnels qui l’accompagnait par sa passion et son engagement.

Enfin, depuis quelques année, Arpège a confié la direction de son répertoire à Jacques Charpentier, qui, de par son exigence de qualité, hisse le chœur parmi ceux les plus appréciés de Bordeaux.

www.groupevocalarpege.org





Paul Goussot

/orgue


Paul Goussot - D.R.

Musicien polyvalent, Paul Goussot a toujours cherché à diversifier son métier d’artiste en se spécialisant en orgue, en clavecin, en improvisation et en pédagogie. Titulaire de l’orgue Dom Bedos de l’Abbatiale Ste-Croix de Bordeaux, il succède à François-Henri Houbart au poste de professeur d’orgue du Conservatoire de Rueil-Malmaison.

Né en 1984 à Bordeaux, il effectue ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient les plus hautes distinctions. Lauréat de nombreux concours internationaux en orgue et en improvisation (Bruges, Saint-Maurice, Luxembourg, St-Albans, Haarlem) Paul Goussot est invité dans de prestigieux festivals d’Europe et se produit en compagnie d’artistes renommés comme Christian Ivaldi, Olivier Latry, ou encore avec le Caius Consort de Cambridge. En octobre 2009, Paul Goussot est nommé « First Young Artist in Residence » à la Cathédrale de la Nouvelle-Orléans pendant six mois. Lors de ce séjour, il se produit à l’orgue comme au clavecin en Louisiane et au Texas.

L’improvisation tient une place essentielle dans son activité. Son goût croissant pour le cinéma muet le conduit à accompagner plusieurs projections au Musée d’Orsay à Paris et à la Cinémathèque Française.